• Blog
  • Les bénéfices des toits végétalisés

A l’heure du réchauffement climatique et des canicules à répétition, la vie en ville est de plus en plus difficile. Fatigue, crampes musculaires, vertiges, maux de tête, les conséquences des îlots de chaleur urbain engendrés par ces hautes températures sont multiples. Ces phénomènes de chaleur extrême ne sont pas forcément plus nombreux mais plus intenses. Il devient donc essentiel de trouver des solutions durables pour palier à la hausse des températures. Les toits végétalisés sont une solution adéquate pour les villes, qui n’ont pas toujours la place à même le sol pour ajouter des terrains de verdure.

Historique et description des toitures végétalisées

Le toit vert commence seulement à se mettre en place en France notamment sur les nouvelles constructions HQE (Haute Qualité Environnementale), soumises à la nouvelle réglementation thermique 2020.
Ils représentent une solution écologique intéressante, grâce à leurs performances d’isolation thermique et acoustique, tant pour les maisons individuelles que pour les immeubles.

Il existe trois types de toits végétalisés :

La végétation peut être installée directement sur le support, le toit de l’immeuble. Une couche d’étanchéité devra donc être installée au préalable sur celui-ci. Elle peut aussi être installée sur différentes couches comme une couche isolante, une couche de drainage, un filtre et une couche de substrat de végétation. Les substrats sont composés d’éléments organiques et minéraux comme de la roche volcanique. Selon l’épaisseur de cette dernière, il s’agira d’un toit dit « extensif » ou « intensif ».

Si celui-ci est compris entre 10 et 15cm, il s’agira d’un toit extensif. Dans ce cas, la végétation se doit d’être légère (mousse, herbe et plantes herbacées) et l’entretien demande peu de temps.

Si le substrat est supérieur à 15cm, le toit végétalisé sera intensif et assimilé à une terrasse-jardin. L’entretien et le coût de ce dernier sont donc plus importants, mais la diversité végétale est plus intéressante.

Pour faire son choix entre ces trois toits, il est important de faire appel à un ingénieur structure qui calcule et évalue la faisabilité des travaux.

Toits végétalisés et ingénierie de la structure : le mariage gagnant

Mettre en place ce type de végétation nécessite des calculs précis en structure. Un toit végétalisé se compose dans un dernier temps des végétations précédées d’une couche de substrat pour qu’elles puissent pousser. Cette couche peut être composée d’un mélange d’éléments nutritifs (compost, tourbe blonde, écorce de pin) et est précédé d’un filtre pour retenir ses fines particules. Enfin, tous ces éléments sont mis en place sur une structure qui se doit de porter tout ce poids, plus élevé en cas de chutes de neige ou de fortes pluies. En effet la terre double son poids lorsqu’elle est mouillée.
Il faut également tenir compte du vent et de son orientation surtout sur les bâtiments de grande hauteur, ainsi que la géométrie des bâtiments voisins. Ces deux éléments, combinés, peuvent créer des appels d’air.

L’ingénieur structure est donc requis afin de calculer si la solidité de la structure est suffisante pour supporter ces diverses charges.

Zoom sur un batiment végétal
Escalier végétal

Les avantages et inconvénients

Les toitures vertes connaissent de nombreux avantages :

– Meilleure isolation thermique : il permet de diminuer de 2°C la température intérieure et de plus de 15°C la température du toit
– Limitation de l’effet îlots de chaleur urbain
– Permet un meilleur stockage du CO2
– Améliorer de la biodiversité urbaine : les végétaux peuvent abriter des insectes, oiseaux, ruches etc.
– Économiser des frais d’énergie sur la climatisation
– La rétention des eaux pluviales pour un stockage et une meilleure utilisation de celle-ci (fontaine à eau, etc.)
– Longévité accrue du toit
– Des toits et cadres plus esthétiques

L’inconvénient majeur est l’investissement de départ. Il faut une structure parfaitement adaptée pour accueillir le substrat (étanchéité parfaite, structure solide, etc.) Il faut également faire appel à une entreprise spécialiste en voirie et réseaux (VRD) car la conception d’un toit végétalisé est complexe. Il faut enfin penser à l’entretien du toit et à l’esthétique amoindrie en hivers.

 

Vous trouverez ici des exemples de villes mondiales et françaises investies dans la végétalisation de leurs bâtiments et nouvelles constructions.

Immeuble végétal vue du bas
Exemple de mur végétal