• Blog
  • Trophées du Bâtiment Passif 2019

Le salon de La Maison Passive “Passi’bat” s’est tenu du 16 au 18 avril 2019 à Paris Expo (Porte de Versailles). A l’occasion de cette journée de la construction passive, positive et durable, les plus grands spécialistes des services et biens dédiés à la performance énergétique des bâtiments se sont rassemblés.

Dans une obligation de développement durable et par un souci écologique de plus en plus fort, les constructions passives prennent de l’importance en France. La loi de transition énergétique et ses applications obligatoires prévues pour 2020 bougent les lignes.
Dans une volonté d’informer le plus grand nombre, le salon de la maison passive tenu à paris du 16 au 18 avril 2019 a rassemblé des spécialistes de la performance énergétique. Au croisement de la volonté d’informer et de faire évoluer les pratiques, ce congrès met en lumière les méthodes de construction employées aujourd’hui, pas toujours optimales d’un point de vue environnemental. Il permet également, grâce aux échanges des professionnels du secteur, de trouver de nouvelles innovations et solutions techniques : rupture de ponts thermique, isolation, VMC double flux, etc.

Parmi les bâtiments les plus remarquables de l’année 2018, ont été récompensés :

  • – Fabricant système : Brink
  • – Fabricant enveloppe : Misapor
  • – Tertiaire : bureau d’étude thermique Hinoki
  • – Logement individuel : Atelier d’Architecture Delsinne
  • – Logement collectif : Quinze Architecture
  • – Rénovation tertiaire : A2A Architecture
  •  

Bâtiment tertiaire : le projet Mizu

Maître d’ouvrage et concepteur du projet : Thomas Primault du bureau d’étude thermique “Hinoki”.
Surface : 12 m²

Construit avec des matériaux sains comme de l’eau, du bois pour l’ossature et des panneaux solaires pour l’énergie, le projet Mizu est le bâtiment passif le plus petit au monde. 12m² de bureaux dont “les matériaux utilisés pour l’intérieur et l’extérieur sont des matériaux bruts, naturels et les plus sobres possibles” (Thomas Primault) qui laissent place à de grandes baies vitrées permettant un éclairage et des apports thermiques naturels. En terme de consommation d’énergie, cette dernière n’a besoin que d’alimentation électrique pour l’éclairage en fin de journée, la VMC double flux et le matériel bureautique. Le projet est certifié et connaît un besoin de chauffage de 12 kWh/m2/an.

Le trophée des bâtiments passifs : Le projet Mizu

Le bureau d’études thermiques “Hinoki” a mené à bien 80 constructions passives entre 2010 et 2019.

Logement individuel : projet Mérignies

Concepteur du projet : Atelier d’architecture Delsinne
Maîtrise d’œuvre : Energelio, BET Thermique
Surface : 130 m²

Toujours en ossature bois, ce logement individuel est posé sur des pieux métalliques pour éviter le contact avec la nappe phréatique affleurante. Afin de ne pas dénaturer le lieu, une terrasse en bois a été construite tout autour du bâti et permet une transition visuelle entre le plancher et le terrain.
Divisée en deux parties, cette maison est pensée pour optimiser un maximum l’énergie. Les espaces communs comme les toilettes, la salle de bain, la buanderie, n’ont pas besoin d’un fort éclairage et sont donc exposés au Nord. Les pièces qui nécessitent un apport de lumière naturelle important (cuisine, chambre et séjour) s’ouvrent côté jardin, au Sud.
Un mur de brique en terre crue au Sud du logement participe à l’amélioration thermique du bâtiment. Des stores automatisés assurent un meilleur confort l’été.
Une VMC double flux à été installée. Enfin, une cuve de 10m3 récupère l’eau de pluie pour les toilettes et la machine à laver.

Le trophée des bâtiments passifs : Le projet Merignies
Le trophée des bâtiments passifs : Le projet Merignies, vue de derrière
Le trophée des bâtiments passifs : Le projet Janime avec légende droit photo

Logement collectif : projet Janime

Maître d’ouvrage : La Fabrique des Habitats Surface : 144 m²

Dans l’hypercentre de Rennes, 15 architectes ont été sollicités par La Fabrique des Habitats pour construire un bâtiment Passivhaus (voir paragraphe suivant), en complète ossature bois.

La contrainte du projet se trouvait principalement dans le terrain. En effet, la parcelle de 144m² qui devait respecter un certains nombre de critère :

  • – un coefficient d’occupation des sols (COS) de 0,7
  • – l’avis conforme des architectes des bâtiments de France (ABF)
  • – une servitude de passage en limite Est
  • – des servitudes de vue et de passage sur le pignon Ouest voisin

En R+5, ce bâtiment a un escalier en bois où un puits de lumière permet un grand apport lumineux et une ventilation naturelle pour ce logement mitoyen.

Qu’est ce qu’un bâtiment Passivhaus ?

PassivHaus est un label allemand garantissant de grandes performances énergétiques. Il sert de certification pour les bâtiments consommant très peu d’énergie. Ces bâtiments sont appelés « passifs ». Bien faits, ils permettent de réaliser jusqu’à 90% d’économie d’énergie et sont donc bien plus écologiques que les bâtiments répondant à la RT 2012 via le label BBC.

Plusieurs critères sont pris en compte pour certifier un bâtiment de ce nouveau label :

  • – Le besoin en chauffage (intérieur) doit être inférieur à 15kWh/m² annuel
  • – Le besoin en énergie primaire (rayonnement solaire, énergie éolienne, hydraulique, etc.) doit être inférieur à 120kWh/m² annuel
  • – Le bâtiment ne doit pas fuir plus de 0.6 fois son volume lorsqu’on le soumet à une différence de pression entre intérieur et extérieur de 50 pascals pendant une heure

Le label PassivHaus est le nouveau modèle standard d’économie d’énergie, incontournable pour la RT 2020. Elle dépasse même le label BBC qui correspondait au niveau énergétique exigé pour les bâtiments neufs de la RT 2012.

Pour répondre encore plus favorablement à un désir d’écologie et d’économie d’énergie, des apports solaires peuvent être mis en place et accompagnés de récupérateurs de chaleur interne (dégagée par les appareils électriques et les habitants) comme :

  • – VMC double flux
  • – Triple vitrage
  • – L’orientation et la forme de la maison pour capter de manière optimale le rayonnement solaire
  • – Une très bonne isolation
  • – L’absence de ponts thermiques

Cette année, les 3 gagnants de la catégorie construction (logement individuel, collectif et tertiaire) des Trophées du Bâtiment Passif de 2019 ont un point commun : une ossature en bois. Cette rencontre permet de mettre en avant de nouveaux modes constructifs (matériaux et méthodes) afin de répondre favorablement aux objectif de la réglementation thermique de 2020. Elle est également l’opportunité pour les acteurs de ce secteur de montrer leur savoir faire dans la construction de maisons passives / positives.